AblaZine

THE OLD DEAD TREE
Interview avec Nicolas (guitare) et Manuel (chant et guitare), avril 2003.

Après un mcd fort remarqué, “The Blossom”, sorti en 1999, et après avoir surmonté la tragique disparition de leur batteur originel, les parisiens de THE OLD DEAD TREE nous reviennent cette année avec leur premier album « The Nameless Disease » sur le label français Season Of Mist. Nicolas (guitares) et Manuel (chant et guitare), rencontrés à l’occasion de leur concert à Liège de ce 4 avril, ont accepté de nous en dire un peu plus à propos de ce disque ambitieux qui, espérons-le pour eux, leur permettra d’obtenir une reconnaissance somme toute bien méritée. Bienvenue dans le monde du vieil arbre mort…

En guise d’introduction, pourrais-tu nous présenter brièvement le groupe et son histoire, de sa création à la sortie de ce premier album « The Nameless Disease » ?

The Old Dead Tree s’est formé en Février 1997 et à ce moment là il n’était composé que de Manuel (chant/guitare), Frédéric (batterie) et moi-même (guitare). Vincent (basse) nous a rejoint en Octobre de la même année. Nous nous sommes immédiatement mis au travail et avons sorti notre 1er MCD The Blossom en Juin 1999. Ce mini CD s’est écoulé à plus de 1400 exemplaire et a été repressé 3 fois. Deux mois plus tard, le 2 Août, Frédéric mettait fin à ses jours. Après ce choc s’en est suivi une période de doute pendant laquelle nous sommes passés près du split. C’est finalement Franck Métayer, ex batteur de Kobal, qui a reprit la place derrière les fûts et nous nous sommes remis à la composition. Nous avons signé en Août 2002 avec le label Français Season of Mist et avons enregistré notre premier album The Nameless Disease en septembre/octobre de l’année suivante. Cet album est sorti le 17 Mars en Europe et le 22 Avril aux Etats-Unis. Aujourd’hui nous travaillons activement à sa promotion.

Ce premier album est en fait un concept album assez sombre ayant pour thème le suicide ( The Nameless Disease comme vous l’appelez), réalisé en hommage à votre batteur originel Frédéric, tragiquement disparu et auquel vous étiez fort liés……Comment vous est venue l’idée de réaliser un tel disque ? Est-ce une façon pour vous de mieux encaisser le coup, de faire votre deuil de façon plus sereine ? Sans cet événement dramatique, penses-tu que cet album aurait été si sombre, que vous auriez abordé des sujets similaires ?

Oui, je pense que notre musique aurait malgré tout été sombre et mélancolique car c’est ce genre de musique que nous affectons. Par contre, nous aurions sûrement plus varié les thèmes abordés. Concernant le concept, nous avons voulu dès le départ le dédier entièrement à Frédéric. Il faut savoir qu’une partie des titres figurant sur l’album a été écrite de son vivant. La musique est restée sensiblement la même, seules les paroles ont changés afin de s’inscrire dans le concept. Ca nous a vraiment aidé à aller au delà de la douleur que nous ressentions.

Qui est responsable de l’écriture des textes dans le groupe ? Peut-on voir cet album comme la trame d’une histoire où l’ordre des titres a par conséquent une certaine importance, une sorte de cheminement, comparable au processus de deuil, passant par divers sentiments et émotions (déni, incompréhension, colère, tristesse, acceptation) que l’on ressent assez fort à l’écoute de cet album ?Malgré le contexte général assez sombre, la fin de l’album cache-t-elle tout de même une certaine touche plus positive, une lueur d’espoir peut-être? Pourrais-tu nous éclairer sur les textes titre par titre ?

J’ai écrit l’intégralité des paroles de cet album. Le sujet m’était trop personnel pour que je puisse l’interpréter avec les mots d’un autre. Le processus d’écriture m’a pris prés de 2 ans et demi, mais l’ordre des morceaux ne suit pas de chronologie ou de thématique établie, seule l’impact musical à joué dans ce choix.

Je ne sais pas si on peut voir dans All… ou The Bathroom Monologue plus d’optimisme que dans les autres morceaux. L’album en lui même n’est pas si négatif si l’on y réfléchit bien. Toutes les chansons y condamnent directement ou indirectement le suicide, on y trouve pas de célébration de la tristesse comme cela arrive souvent dans les disques affiliés à la musique dark. Je trouve que la dépression est une des pire chose qui puisse arriver à un être humain. La vanter ou considérer le mal être et la mort comme des choses « cool » relève de l’immaturité la plus totale ou de la bêtise pure et simple.

Le dernier titre « The Bathroom Monolgue » est une sorte de condensé de ce que peut ressentir l’entourage d’un ami proche s’étant suicidé, notamment toutes sortes de questions que l’on peut se poser avec peut-être une certaine notion de culpabilité. Quelle est ton opinion personnelle à propos du suicide ?Penses –tu que cet acte puisse être quelque chose que l’on peut ou que l’on doit comprendre, accepter ou en tout cas respecter?

C’est une question très délicate. Cela relève tellement d’un choix personnel que je ne prétend pas pouvoir y apporter ici une quelconque explication. Le suicide est en soit un évènement tragique car même si, pour la personne qui en est victime, il s’agit d’une libération, il n’est que le révélateur d’un profond malaise et d’une souffrance au quotidien qui n’a trouvé d’autre solution que cette impasse. Tragique également pour l’entourage de la personne car, passé la douleur, une foule de sentiments se mélangent, de la rage, de l’incompréhension. C’est effectivement ce dont parle « The Bathroom Monolgue » mais je tiens à préciser également que quoi qu’il en soit, nous ne voulons pas et n’en ferons jamais l’apologie.

Ce premier album est donc assez sombre, que ce soit au niveau de la musique ou des textes. Mais à côté de cela, dans la vie quotidienne, vous avez l’air de personnes assez positives, n’hésitant pas à faire la fête et à laisser libre cours à une certaine bonne humeur. Voyez-vous la musique comme un exutoire pour évacuer les frustrations, la noirceur et la morosité de cette vie de tous les jours ?

The Old Dead Tree est et restera avant tout un groupe d’amis. Nous sommes tous très liés et partageons beaucoup de choses, nous pourrions difficilement nous passer les uns des autres je crois. Nous aimons nous amuser et perdons rarement une occasion de faire la fête. Cependant, comme tout le monde, nous avons des moments de cafard et de déprime mais la musique nous permet d’évacuer tout ça. Nous attendons avec impatience chaque répétition et chaque concert afin de pouvoir décompresser et nous libérer.

Le titre “It’s The Same For Everyone” figurait déjà sur votre mcd « The Blossom ». Il apparaît ici légèrement retravaillé (plus court, plus intense, bénéficiant d’un meilleur son) et surtout avec une modification au niveau des textes où l’on perçoit clairement dans cette nouvelle version une allusion au décès de Frédéric. Ce titre a été composé alors qu’il était toujours membre du groupe mais est néanmoins assez sombre et fait déjà référence à la mort voire au suicide. Pourquoi avoir repris ce titre pour ce premier album ? Peut on y voir le point de départ du concept de « The Nameless Disease » ?

Nous voulions reprendre « It’s The Same For Everyone », tout comme « The Dark Missionary » qui est devenu « Won’t Follow Him » car il s’agissait du titre phare de notre Mini cd et qu’il représentait une partie de l’histoire de The Old Dead Tree. The Blossom n’avait été distribué qu’en France et nous voulions que ce morceau bénéficie également d’une distribution internationale. Nous l’avons retravaillé et même si la musique n’a subi que peu de changements, les paroles ont quant à elles été modifiées afin que le titre s’intègre parfaitement à l’univers de notre album. Nous ne le considérons pas pour autant comme le point départ du concept de The Nameless Disease, même si notre style avait alors déjà commencé à prendre forme. C’est définitivement le décès de Frédéric qui en a été le déclencheur.

Pourrais-tu nous décrire le processus de composition au sein du groupe ? Est-ce un travail de groupe ou bien y-a-t-il un leader naturel ? En quoi consiste la base d’un de vos titres : la trame musicale ou le duo vocaux/textes ?

Notre processus de composition est simple. L’un d’entre nous, le plus souvent Manuel ou encore moi, ramène un riff ou une structure de morceaux sur lequel nous travaillons tous ensemble, c’est réellement un travail de groupe. Nous commençons toujours par composer la musique et une fois cette dernière achevée, Manuel s’en imprègne pour en écrire les paroles. Ceci étant, il n’est pas rare que nous mettions de côté certains titres pendant quelques mois pour ensuite y revenir avec une oreille nouvelle et poursuivre le travail. Nous ne considérons un titre comme étant fini uniquement lorsque nous en sommes entièrement satisfaits.

Plusieurs influences assez diverses se dégagent de l’écoute de votre disque : cela va du Metal( heavy, death, pour certaines rythmiques, parties de guitares et vocaux) au pop/rock sombre, en passant par des accents dark/doom/gothiques. Au final, on obtient une musique assez personnelle, fruit du meilleur de ces influences. Es-tu d’accord ? Pourrais-tu nous donner quelques noms de groupes ayant pu ou pouvant toujours vous influencer ?

Tout d’abord je te remercie pour le regard que tu portes sur notre musique et sur sa personnalité car c’est exactement ce que nous recherchons. Nous écoutons tous différents styles de musiques, cela va du metal extrême au rock plus classique en passant par la pop ou encore le classique mais il va sans dire que nos oreilles vont majoritairement vers le metal. Tous ces styles se retrouvent dans notre musique. Personnellement et en dehors du metal, j’écoute beaucoup de rock des années 60 et 70, des groupes comme Pink Floyd, King Crimson, Ten Years After, Led Zeppelin, Deep Purple ou d’autres. En ce qui concerne mes influences metal, elles sont vraiment très variées, j’adore Metallica et Slayer, Shape of Despair, Rapture. J’ai découvert il y a peu de temps Witchery que j’aime beaucoup aussi.

Pourrais-tu nous donner ton opinion sur votre évolution musicale depuis vos débuts ? Par rapport au MCD, je vous ai sentis plus puissants, plus agressifs, plus intenses, sans perdre au niveau des atmosphères et mélodies. Oeuvrez-vous depuis toujours dans le même style ? Comment vois-tu votre futur? Toujours dans une veine identique ou pensez-vous déjà à certaines innovations ou expérimentations ?

Nous oeuvrons toujours dans le même style mais il y a effectivement eu une évolution depuis l’enregistrement de notre mini CD. Nous avons élargi notre champs d’action musical, nous avons voulu aller plus loin, que ce soit dans la violence, que dans les ambiances ou les passages plus calmes. Mais notre évolution n’a pas été uniquement instrumentale, Manuel a beaucoup travaillé sa voix et a aussi élargi son registre. Je ne peux par contre pas te dire ce que sera notre futur musical car nous n’y pensons pas vraiment pour l’instant. Nous continuons d’écrire nos morceaux comme nous l’avons toujours fait jusqu’à présent et peut-être qu’un jour y inclurons-nous certaines innovations ou expérimentations mais ce sera sûrement avec parcimonie et uniquement si le besoin s’en fait sentir.

Pas de claviers ni de chant féminin dans votre musique. Vous n’y avez jamais pensé ? Est-ce une façon de vous démarquer d’une tendance un peu trop exploitée pour l’instant par la scène dark/gothic Metal ? Ou tout simplement pensez-vous qu’il n y a pas de place pour ces éléments dans vos compos ?

Nous avons pensé aux débuts du groupe à intégrer un clavier, mais très vite, notreorientation musicale a rendu cette option obsolète. Concernant les chants féminins, il s’est trouvé que dès le départ, la voix du groupe était un chant masculin, celle de Manuel et nous n’avons jamais songé à faire venir une chanteuse au sein du groupe. Cela dit, il n’est pas impossible qu’à l’avenir nous utilisions ces deux possibilités qui peuvent être des apports intéressants mais comme je te le disais plus tôt, je pense que cela ne se fera que de manière ponctuelle et uniquement quand le besoin s’en fera sentir. Notre base devrait rester le combo classique, guitare, basse, batterie.

Une des caractéristiques de THE OLD DEAD TREE est cette alternance de chant typé death avec des parties de chant clair de grande qualité (avec parfois de belles harmonies avec la voix de Nicolas en support). As-tu suivi une formation particulière en ce qui concerne ta voix ? Pour vos sorties futures, allez-vous continuer dans cette voie ou privilégier une seule sorte de vocaux ?

Nous ne planifions pas notre évolution artistique à l’avance et en serions bien incapables. Cette alternances est apparue petit à petit dans notre musique. Nous cherchions dés le début à mêler nos diverses influences et l’évolution que nous avons connu au niveau de la musique s’est forcément répercutée sur la voix. J’ai énormément travaillé pour pouvoir m’exprimer dans ces divers registres et je pense avoir encore beaucoup à apprendre. J’aimerai commencer à prendre des cours de chant cette année, mais rien n’est encore sû, The Old Dead Tree me prend tout mon temps.

Pourquoi avoir opté pour l’anglais en ce qui concerne les textes ? Ne penses-tu pas qu’il aurait été plus facile d’exprimer tous ces sentiments et émotions dans votre langue maternelle ? Peut-être doit-on y voir une volonté d’être accessibles au plus grand nombre d’auditeurs potentiels ?

Notre opinion sur le sujet est simple, nous pensons tous que l’Anglais est la langue qui convient le mieux au rock en général et au metal en particulier. Il est vrai qu’il s’agit juste d’une question de goût mais c’est pour cela que nos textes sont exclusivement écrit dans cette langue. Certains groupes français réussissent à marier leur langue maternelle avec leur musique, comme Noir Désir par exemple qui s’en sort très bien, mais nous pensons que cela est plus difficile et nous n’avons pas cette prétention.

Comment êtes-vous arrivés à vous faire produire par Andy Classen aux Stage One Studio (habitué à des groupes plus extrêmes tels ROTTING CHRIST, TANKARD, KRISIUN, DEW SCENTED, CALLENISH CIRCLE) ? Le résultat est impressionnant en tout cas, puissant et moderne, mettant en valeur les contrastes et finesses de votre musique. En êtes-vous satisfaits ? Etait-ce pour vous une expérience agréable et enrichissante ? Pourquoi avoir enregistré les parties de basse et de batterie ailleurs avec Stephan May ?

Nous voulions dès le départ un son puissant pour The Nameless Disease et nous avons commencé à chercher qui pourrait concrétiser ce que nous attendions exactement. Notre choix s’est porté pour la partie rythmique sur Stephan May, que nous connaissions déjà puisqu’il avait déjà réalisé notre 1er mini CD The Blossom. Nous aimions beaucoup son approche rythmique et c’est pour cela que nous nous sommes tournés vers lui. Quant aux guitares et au chant, nous avons fait appel à Andy Classen car nous avions été très impressionnés par son travail sur le dernier album de Dew Scented. Nous l’avons contacté et sommes parti 3 semaines au Stage One Studio en Allemagne. Cela s’est très bien passé, tant d’un point de vue humain que professionnel et nous avons beaucoup appris pendant notre séjour là-bas. Andy s’est également occupé du mixage et nous sommes plus que satisfaits du résultat obtenu. Je tiens à préciser également que le mastering final à été confié à Goran Finnberg qui a déjà travaillé avec des groupes tels que In Flames, Dark Tranquility, ou encore Opeth car nous savions que, grâce à sa très grande expérience, il saurait apporter la touche finale à la réalisation de notre album.

Qui est responsable de l’illustration de la pochette ? Pour moi, c’est une parfaite illustration du concept de l’album, mais aussi du nom du groupe. Mais ne trouves-tu pas que les feuilles de cet arbre soient un peu spéciales ? Un mot d’explication ?

C’est David Ho, un artiste Américain, qui a réalisé la pochette de notre album et nous en sommes très satisfaits. C’est une très bonne illustration de l’idée que l’on peut se faire lorsque l’on entend le nom du groupe pour la première fois. Quant à ce tu dis à propos des feuilles de cet arbre, je t’avoue franchement qu’aucun de nous ne l’avais remarqué lorsque nous avons choisi cette image pour illustrer la pochette de The Nameless Disease. Il s’agit pour nous d’un détail et nous n’avons en aucun cas voulu faire passer un quelconque message à ce sujet.

Pourrais-tu nous rappeler les circonstances de votre signature chez Season of Mist ? Aviez-vous reçu d’autres propositions à l’époque ? Etes-vous satisfaits de votre collaboration jusqu’à présent (distribution, concerts, promo) ?

Dés le départ nous voulions un label qui nous permette de toucher le marché international. Nous avons enregistré les démos de 6 des titres de The Nameless Disease courant 2000 et les avons envoyé à une sélection de maisons de disques qui répondaient à ce critère. Parmi celles intéressées, Season Of Mist nous paraissait la plus intéressante. Le label venait d’ouvrir un bureau au USA mais gardait tout de même une dimension humaine que de trop gros labels ont tendance à oublier , particulièrement lorsqu’il s’agit de jeunes groupes. Nous nous entendons très bien avec l’équipe et sommes tout à fait satisfait de leur travail sur The Nameless Disease.

Parles nous un peu de votre parcours musical antérieur à la naissance de THE OLD DEAD TREE ? Avez-vous d’autres projets musicaux à l’heure actuelle ?

Pour ma part, j’ai commencé en jouant dans un groupe de pop/rock que j’ai quitté au bout de 3 ans. J’ai ensuite rencontré Manuel en intégrant un groupe de metal asez barré dans lequel il était guitariste. Cela a duré 4 mois et nous avons monté The Old Dead Tree. Vincent, avant de nous rejoindre, a officié dans Polaris, un groupe de Heavy Metal et Franck était batteur de l’excellent groupe de thrash Kobal qui n’existe malheureusement plus aujourd’hui. Nous avons donc tous fait nos premières armes dans différents styles avant de nous consacrer pleinement au vieil arbre mort. A l’heure actuelle, aucun de nous n’a de projet parallèles, principalement par manque de temps car nous avons fort à faire mais il y a peu, j’ai été invité par Sylvain, guitariste du groupe Anthemon, à jouer des parties de guitares sur son projet Doom « Monolithe ». C’était vraiment intéressant et le travail qu’a effectué Sylvain est très bon. Peut-être qu’un jour nous aurons suffisamment de temps pour envisager de faire quelque chose dans un style différent, mais ce n’est pour l’instant pas à l’ordre du jour.

Appréciez-vous le fait d’être sur scène ? Avez vous une grande expérience à ce niveau ? Je trouve que votre musique est plus puissante et plus agressive sur scène. Es-tu d’accord avec moi sur ce point ? Est-ce délibéré ?

Nous aimons beaucoup la scène, nous attendons toujours chaque concert avec impatience et une fois sur place, nous nous régalons. Par ailleurs, je suis d’accord avec toi quand tu dis que notre musique est plus puissante et plus agressive en live, c’est ce que beaucoup de gens nous ont dit après coup. Nous avons voulu effectivement que notre musique soit la plus efficace possible sur scène, tant au niveau du son que de l’énergie dégagée et je pense que notre travail se concrétise aujourd’hui.

Vous venez de faire deux dates en Belgique, dont une notamment à Liège à l’occasion de laquelle on s’est rencontré. Tes impressions sur ce concert à La Zone( votre performance, le public, les autres groupes qui jouaient ce soir-là…) ?

C’est la deuxième fois que nous jouons à la Zone et cela s’est toujours très bien passé, le public a répondu présent à chaque fois et c’est très positif. Nous n’avons malheureusement pas pu voir Dispell The Charm en première partie de soirée car nous étions en interview mais nous avons pu assister au concert de Ali(e)n et je les ai trouvé très bons, leurs riffs sont puissants et bien pensés. Je suis allé les voir après leur set pour les féliciter et nous avons un peu discuté. Nous sommes ensuite monté sur scène et y avons interprété l’intégralité de The Nameless Disease ainsi qu’un tout nouveau titre que nous souhaitions tester en live. Nous sommes tous satisfaits du set que nous avons délivré ce soir là, nous avons passé une très bonne soirée.

Quels sont vos projets pour les semaines et les mois à venir ? J’ai entendu parler d’un concert à Paris en avril ainsi que d’une tournée française en première partie de KATATONIA ? D’autres concerts en prévision ? Pas de festivals prévus cet été ?

Nous avons effectivement plusieurs dates en préparation. La prochaine sur la liste est le concert au Club Dunois à Paris avec Anthemon, The Silent Agony et Dying Tears. C’est une salle que nous aimons beaucoup et que connaissons bien pour y avoir joué plusieurs fois. Après cela nous jouons effectivement en première partie de Katatonia, en Belgique le 10 Mai à Gand et aux Pays-Bas le 11 Mai à Utrecht. Ces deux dates sont une excellente opportunité pour nous et nous sommes vraiment impatients d’y être. Ce sera d’ailleurs notre première date en Hollande. Après cela, nous participons au Rotonde festival le 1er Juin à Hirson avec Saxon, Paradise Lost, To Die For et beaucoup d’autres groupes. Nous nous consacrons entièrement à la préparation de ces dates et nous avons du coup mis la composition de côté pour quelques temps.

Cette interview est à présent terminée. Merci beaucoup de ta disponibilité. Je te laisse conclure à ta guise...

Et bien je tiens avant tout à te remercier pour l’intérêt que tu nous portes et je remercie également tous ceux qui nous soutiennent et qui soutiennent la scène metal underground. A bientôt.


Tellys
29/04/2003
NEWSLETTER



FORUM
Accès
Actuellement sur le forum : 15 personnes
+ 15 invités

PARTENAIRES
Groupes
Labels
Presse
Divers